Sélectionner une page

Dans le but de sécuriser son système informatique, il est nécessaire de prendre en considération tous les paramètres de sa gestion. Il faut donc veiller aux bonnes pratiques et maintenir convenablement les outils informatiques et faire preuve de rigueur. 

Gérer les risques signifie identifier les précautions à prendre pour sécuriser les données. Il est essentiel d’intégrer la sauvegarde sécurisée dans la routine quotidienne. Découvrez dans cette rubrique des astuces pour sécuriser vos données !

Quelles sont les précautions élémentaires ?

Un document complet doit permettre de formaliser votre étude de risques. Les fichiers et les données personnelles sont à recenser (les contrats avec vos clients ou avec vos prestataires par exemple). Identifiez clairement les supports avec lesquels vous les sauvegarder. Cela  s’effectue selon l’impact sur la vie des personnes en cas d’atteinte à la confidentialité. Impliquez vos collaborateurs dans votre étude de risques. Sans trop, s’y acharner, établissez toutefois des mesures appropriées et suffisantes afin de traiter le risque. 

Le responsable d’un système informatique doit garantir la sécurité en le dotant d’un identifiant propre. Cette mesure doit intégrer les procédures d’enregistrement des utilisateurs, le respect des bonnes pratiques. L’attribution et l’utilisation des mots de passe doivent être limitées. 

Le cryptage des données

Le cryptage est une conversion des données en texte clair ou texte ordinaire en textes chiffrés. La valeur clé du cryptage offre plus de sécurité à vos données. Avec un protocole de sécurité qui respecte une suite d’étapes, vous pouvez échanger le texte crypté et les clés dans des messages sans être en danger. 

Un algorithme de cryptage est donc mis au point pour permettre à l’utilisateur de lire les informations sans trop de difficultés. Il n’y a que le détenteur de la clé de cryptage qui parvient à déchiffrer les informations. La clé peut être symétrique : la même clé va servir à chiffrer et déchiffre les fichiers que vous désirez sécuriser. Mais elle peut être également asymétrique, c’est-à-dire : deux clés différentes. La dernière option a ses avantages d’être inviolable. 

Ainsi, lorsqu’un sinistre informatique survient, les activités ne seront pas interrompues.
Le « Software as a Service » illustre bien le cryptage des données. En plus d’être mobile, vos données vous seront accessibles partout où vous irez et depuis n’importe quel terminal du moment que vous ayez une connexion internet. Avec la solution de sauvegarde en ligne Neobe, les données dont chiffrés en 256 bits. Ils seront donc illisibles dès qu’ils sont sauvegardés. Avec ADBackup de Oodtrive, vous pouvez choisir une question que vous devez répondre pour accéder aux contenus de vos fichiers sauvegardés. Une clé AES 256 bits vous permettra de les chiffrer. 

Le cloud computing

C’est un processus qui consiste à stocker vos données sur un serveur externe et indépendant du vôtre. Dans le cadre d’un « cloud public », les entreprises doivent mettre une sécurité renforcée en place. Assurez-vous que l’accès soit supprimé à distance pour un support. Les paramètres de partage doivent être bien vérifiés pour que vous vous assuriez d’une restitution fiable des données lorsque vous aurez terminé votre action. 

Le « cloud privé, souvent interne à l’entreprise offre de meilleures garanties de sécurité, car l’accès extérieur est très restreint. Vous devez d’abord vérifier le processus de sécurité et mettre en place une protection chiffrée de données. 

Comment gérer les incidents ?

Pour détecter un accès frauduleux, vous pouvez enregistrer toutes les actions entreprises sur votre système informatique. Un dispositif adapté aux risques doit donc être combiné avec votre système. Prévoyez un système de journalisation pour enregistrer des « fichiers logs » pour détecter des anomalies. Les journaux conservent pendant un temps limité les évènements. Les actions détaillées des utilisateurs peuvent aussi être conservées.