Sélectionner une page

En quelques années, Internet est devenu le média le plus présent dans la vie quotidienne. Il a révolutionné le paysage des entreprises et est devenu une des pierres angulaires des infrastructures matérielles, économiques et sociales.

Héberger ses fichiers en ligne est  chose courante aujourd’hui. De nombreux internautes utilisent le Cloud pour conserver des documents, des photos, des logiciels et autres. Cette manière de faire est pratique, mais peut être imprudente.

En effet, les piratages web sont de plus en plus sophistiqués et les moyens de fraude ont évolué ces dernières décennies. Pas un seul jour ne passe sans qu’un site ne soit piraté, l’usage de mots de passe et le vol de numéros de cartes bancaires sont devenus monnaies courantes.

Il est tout à fait légitime de s’interroger sur la sécurité du Cloud. Les hébergeurs de fichiers gratuits sont-ils fiables à 100% ?

Ils ne sont pas entièrement sécurisés

Signifiant « nuage » en anglais, le Cloud est la possibilité d’accéder à distance à des fichiers (mails, agenda, photos, musique, vidéos…), depuis n’importe quel appareil. C’est une architecture qui a pour vocation de rassembler, en un seul endroit, tous les outils qui pourraient être utilisés communément. Les données ne sont pas stockées dans la mémoire de l’ordinateur ou du Smartphone, mais sur un puissant serveur central.

Mais la nature éloignée du Cloud fait que les données stockées sont potentiellement piratables. Les utilisateurs doivent comprendre que les hébergeurs de fichiers sont vulnérables, car ils regroupent un très grand nombre d’informations qui intéressent particulièrement les hackers.

Les risques de piratage sont aléatoires, mais bel et bien réels. Par exemple en septembre dernier, des hackers sont parvenus à pénétrer dans les serveurs d’iCloud, le service d’Apple, pour voler les photos dénudées que certaines célébrités y avaient placées. Cela montre la faillibilité du système.

Aussi, lorsque le logiciel se met à ralentir pour une raison inconnue, les utilisateurs n’ont aucun moyen d’intervenir. Autrement dit, avec le nuage, rien n’est en votre possession. Vous avez confié l’ensemble des réparations et de la gestion de vos fichiers à une poignée d’informaticiens qui sont les seuls gérants du réseau.

Il est important de connaître l’existence de brèches de sécurité dans les hébergeurs de fichiers, car la nature humaine est faillible et tout ce qu’elle fait n’est pas parfait. Toutefois, il y a des moyens simples pour éviter ce genre de problème.

Les utilisateurs doivent comprendre que ce qu’ils font sur le Web peuvent avoir de graves conséquences. Ils doivent faire très attention à ce qu’ils postent sur la toile. L’hébergeur de fichiers  n’étant pas infaillible, toute donnée potentiellement sensible ne devrait pas s’y trouver.

Chaque mot de passe doit être bien sécurisé pour rendre la tâche difficile aux hackers.

Ils sont accessibles uniquement avec Internet

Pour rappel, l’informatique en nuage est l’exploitation de stockage de serveurs informatiques distants par l’intermédiaire d’un réseau, à savoir Internet. La connexion entre les postes et les serveurs applicatifs passe en effet par le Web.

Pour faire plus simple, le Cloud est une forme d’externalisation des serveurs et des services rattachés à Internet. C’est un accès libre et ouvert au client, qui peut établir sa connexion de n’importe où et avoir accès à ses données immédiatement. Il est possible d’accéder à cette plateforme via un iPhone, iPad, ou un ordinateur.

Le Cloud dépend en grande partie des géants du web dont Amazon, Microsoft, Google, Salesforce, IBM.

Toutefois, certains services comme Google Drive proposent un mode hors connexion pour travailler sur ses documents même sans accès au réseau. Vos travaux seront mis à jour automatiquement à la prochaine connexion.